imprimer la page
Notre démarche RSE
notre démarche RSE

Le Groupe IMA s’est engagé en novembre 2010 dans une démarche de responsabilité sociétale (RSE) qui s’organise autour de quatre domaines :

  • Sociétal
  • Social
  • Environnemental
  • Economique

Pour le Groupe IMA, entreprise d’économie sociale, la mise en place d’une démarche RSE permet de formaliser et de valoriser les valeurs éthiques, sociales et sociétales de l’entreprise.

   
 
   
   
 
une plateforme commune a six mutuelles et coopératives d’assurance européennes :

IMA est membre d’Euresa. Euresa est un groupement européen d’intérêt économique dont les sociétés membres ont en commun d’appartenir à l’Économie Sociale. Elles se caractérisent par la pratique d’un mode de gouvernance "partagée" qui associe les sociétaires à la gestion de l’entreprise. Elles inscrivent leur action dans le cadre d’une économie citoyenne, orientée vers un développement durable, associant équilibre économique et respect d’une éthique de comportement.

Dans le prolongement de la diffusion en 2009 de la publication "Pour un développement durable : engagements et initiatives", les sociétés françaises Matmut, Macif, Maif et IMA ainsi que P&V (Belgique) et DEVK (Allemagne) ont mené dans le cadre d’un groupe de travail un projet destiné à sensibiliser leurs internautes aux problématiques sociales et environnementales relatives au changement climatique. Le GERES, prestataire reconnu de compensation carbone était choisi pour accompagner les sociétés d’EURESA dans leur démarche.

   
   
 
Qu’est-ce que la compensation carbone volontaire :

Le protocole de Kyoto de lutte contre le réchauffement climatique a instauré un mécanisme de financement de projets permettant aux pays d’économiser des émissions de CO2 hors de leur territoire. L’objectif est de permettre aux pays engagés au sein du protocole de réduire leurs émissions de GES, en conformité avec les objectifs de réduction qu’ils se sont fixés.
En parallèle de ce système réglementé au niveau international par l’ONU, un mécanisme similaire s’est développé à l’intention des acteurs souhaitant « compenser », sur une base volontaire, les émissions de CO2 qu’ils ne peuvent éviter.

Le projet, développé le plus souvent dans un pays du Sud, suit alors exactement la même procédure onusienne que les projets « Kyoto ».
•     La compensation carbone est une démarche volontaire, responsable et éco-citoyenne.
•     Les individus, les entreprises et associations peuvent compenser leurs propres émissions de CO2 générées par une activité : transport, chauffage, production d’énergie, etc.
•     La compensation carbone n’est pas un « achat de conscience ». Elle doit être la dernière étape d’une politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) à la source.
•     La compensation carbone consiste à financer, sur un projet mis en œuvre dans un pays en développement, une économie de gaz à effet de serre équivalente aux émissions que l’on ne peut réduire.
•     Ce mécanisme se base sur le concept de « neutralité géographique » : une quantité donnée de CO2 émise dans un endroit peut être « compensée » par la réduction d’une quantité équivalente de CO2 en un autre lieu.

La Solidarité climatique : une vision de la compensation volontaire intégrée

Au-delà de la dimension environnementale, CO2Solidaire propose d’intégrer la compensation carbone à la politique RSE d’une organisation sur la base du principe de Solidarité climatique. Celle-ci conjugue deux démarches complémentaires et indissociables :

1 - La réduction des émissions de gaz à effet de serre au Nord en vertu de la prise en compte de la responsabilité historique des pays industrialisés dans les changements climatiques

2 - L’accompagnement des populations des pays du Sud face aux évolutions climatiques. Celles-ci étant les plus vulnérables, et les moins responsables. Il s’agit d’améliorer les conditions de vie de ces populations sans accentuer les dérèglements climatiques.

Pour CO2Solidaire, la compensation carbone doit être assimilée à ce principe pour s'inscrire résolument dans la cohérence et dépasser la seule dimension environnementale de la démarche.

Pour plus d’informations sur la compensation et la Solidarité climatique : à voir >>